saboter


saboter

saboter [ sabɔte ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIIe « heurter avec les sabots »; de sabot
1Techn. Entailler et percer (les traverses) afin de préparer le logement du patin du rail et de ménager les trous où seront vissés les tire-fonds.
Garnir (un pieu, un pilotis) d'un sabot.
2(1808; « maltraiter » 1640) Faire vite et mal. gâcher, gâter. Saboter un travail, un devoir. bâcler. L'orchestre a saboté ce morceau, l'a très mal exécuté.
3(fin XIX e) Détériorer ou détruire par un acte de sabotage. Saboter une machine, un avion.
Chercher à contrarier ou à neutraliser par malveillance. Saboter un projet. « l'Autriche qui, systématiquement, semblait saboter tous les efforts qu'on tentait pour sauvegarder la paix » (Martin du Gard). torpiller.

saboter verbe transitif (de sabot) Fabriquer des sabots. Procéder au sabotage de traverses de chemin de fer. Munir d'un sabot le pied d'un poteau pour le préserver contre tout écrasement. ● saboter verbe transitif (de saboter) Mal exécuter un travail, le faire sans soin : Saboter la réparation d'une voiture. Détériorer ou détruire volontairement quelque chose : Saboter le matériel. Agir de manière à provoquer l'échec d'une action, à la neutraliser ; torpiller : Saboter les négociations de paix. En Afrique, mépriser, dédaigner quelqu'un. ● saboter (synonymes) verbe transitif (de saboter) Mal exécuter un travail, le faire sans soin
Synonymes :
- bâcler (familier)
- cochonner (familier)
- massacrer (familier)
- saccager (familier)
- saloper (populaire)
Détériorer ou détruire volontairement quelque chose
Synonymes :
- bousiller (familier)
Agir de manière à provoquer l'échec d'une action, à la...
Synonymes :

saboter
v. tr.
d1./d TECH Garnir d'un sabot. Saboter un pilotis.
d2./d Faire vite et mal. Saboter un travail.
d3./d Procéder au sabotage (sens 3) de. Saboter une machine.
|| Fig. Saboter une négociation.
d4./d (Afr. subsah.) Fam. Syn. de chahuter. Saboter un professeur.
(Sans compl.) Faire du chahut. Dans cette classe, les élèves sabotent trop.
d5./d (Afr. subsah.) Fam. Traiter (qqn, qqch) avec mépris.

⇒SABOTER, verbe
A. — Empl. intrans., vieilli
1. Faire du bruit avec des sabots.
a) [Corresp. à sabot A] Aux récréations, personne ne sortait. Et l'on entendait mon père, M. Seurel, crier à chaque minute, dans la classe : — Ne sabotez donc pas comme ça, les gamins! (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p. 17). C'est la Sibeud, notre jardinière. Toujours pressée, elle sabote en galopant (GENEVOIX, Mains vides, 1928, p. 101).
b) [Corresp. à sabot B] J'ouvrais ma porte, pour voir le petit cheval nain grimper l'escalier (...). L'âne blanc le suivait, sabotant sec (COLETTE, Music-hall, 1913, p. 89).
2. Faire des sabots (d'apr. Lar. 20e, Lar. encyclop.). La saboterie a pris plus d'extension depuis quelque temps, par suite de l'emploi des machines à saboter qui fabriquent plus vite et mieux que les ouvriers ordinaires (NANQUETTE, Exploit. débit et estim. des bois, Nancy, 1868, p. 100 ds LITTRÉ Suppl. 1877).
3. [Corresp. à sabot D] Jouer au sabot. Des enfants qui sabotent dans une cour (Ac. 1878).
B. — Empl. trans.
1. Faire vite et mal un travail, une tâche. Synon. bâcler (fam.), gâter, gâcher. Il n'y a plus de bons ouvriers, tous sabotent la besogne (...). Et ce qu'il y a de coulage, dans une maison comme la nôtre! (ZOLA, Travail, t. 1, 1901, p. 23). Ce qui manque le plus à nos contemporains, c'est, il me semble, l'amour de leur profession. Ils n'accomplissent leur tâche qu'avec répugnance. Ils la sabotent volontiers (RODIN, Art, 1911, p. 296).
En partic. Détériorer, détruire de manière clandestine le plus souvent, du matériel, de l'outillage, des installations civiles ou militaires. Dès qu'ils eurent trouvé le camion, Sembrano leva le capot: l'arrivée d'essence était démolie. Les camions avaient été systématiquement sabotés pour que les fascistes ne pussent les employer (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 798).
P. anal. Compromettre, désorganiser volontairement un projet, une entreprise. Les membres des milices fascistes (...) apprennent à porter l'uniforme, à saluer, à défiler, à manier des armes, à se battre: on leur apprend comment saboter une réunion ou lutter contre des saboteurs adverses (Traité sociol., 1968, p. 31).
2. TECHNOLOGIE
a) Pratiquer le sabotage des traverses de chemin de fer. L'inclinaison du rail sur la verticale est en général obtenu en sabotant la traverse à l'emplacement du patin (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 301).
b) Garnir un pieu, une poutre, un poteau d'un sabot (d'apr. JOSSIER 1881).
Prononc. et Orth.:[], (il) sabote [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1564 « jouer au sabot » (THIERRY); 2. 1690 « faire du bruit avec ses sabots » (FUR.); 3. a) ) 1808 « bâcler » (HAUTEL t. 2); ) 1842 trans. saboter de l'ouvrage (Ac. Compl.); b) ) 1897 « agir de façon à provoquer l'échec d'une entreprise, d'un processus » (E. POUGET, Le Père Peinard, 19 sept., éd. Galilée, 1976, p. 55); ) 1907 « détruire, détériorer volontairement un outillage industriel, commercial, etc. » (Lar. pour tous); 4. a) 1832 « fouler (le drap) » (RAYMOND); b) 1842 saboter un pieu (Ac. Compl.); c) 1875 « pratiquer le sabotage des traverses de chemin de fer » (Lar. 19e). Dér. de sabot; dés. -er. Au sens 3, peut-être de l'anc. sens de « secouer, heurter » (déb. XIVe s., Ovide moralisé, éd. A. de Boer, XV, 1360: caboter; aussi sabotar, au XIIe s., en prov., v. LEVY (E.) Prov.); d'où celui de « tourmenter, maltraiter » (1640, OUDIN Curiositez: sabotter). V. FEW t. 15, 2, p. 44a-b et BL.-W.1-5. Fréq. abs. littér.:35.
DÉR. Saboteur, -euse, subst. a) Subst. masc., technol. Ouvrier qui effectue le sabotage des traverses de chemin de fer. Tandis qu'un saboteur habile n'en enlève [du bois de la traverse] que juste ce qui est nécessaire (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 338). b) [Corresp. à supra B] Rare au fém. Personne qui sabote, qui pratique le sabotage. Ce qui nous manque dans l'industrie de la voiture de place, et d'ailleurs dans toute l'industrie, c'est une audace à la Morgan, une invention de cette taille, qui, bouleversant les rapports économiques de notre temps, déconcerte pour une longue période les machinations des saboteurs de l'industrie (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 196). En partic. Auteur d'un sabotage. Tenez, écoutez ce décret: « Tout contre-révolutionnaire pris les armes à la main, tout saboteur sera immédiatement fusillé (...) » (CAMUS, Révolte Asturies, 1936, II, 1, p. 412). Au fig. Le libertaire qui veut la liberté en soi, indépendamment de moyens qui la rendraient possible, est le saboteur de la liberté, comme le vériste qui dit la vérité à tout prix et tout de suite, absolument, purement et simplement, dût le genre humain en crever, est le saboteur de la vérité! (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 215). [], fém. [-ø:z]. Le subst. masc. ds Ac. dep. 1694. 1res attest. a) 1694 « enfant qui joue au sabot » (Ac.), b) 1800 « personne qui fait des sabots » (BOISTE), c) ) 1808 « personne qui sabote un travail » (HAUTEL t. 2), ) 1936 « auteur d'un sabotage » (CAMUS, loc. cit.); de saboter, suff. -eur2. Fréq. abs. littér.: 12.

saboter [sabɔte] v.
ÉTYM. XIIIe, « heurter avec les sabots », « secouer » en anc. franç., seulement intrans. aux XVIIe et XVIIIe, selon les dictionnaires; de sabot I. et II.
———
I V. intr.
1 Vx ou régional. Piétiner bruyamment avec des sabots.
0.1 Que diraient les gens si nous perdions une matinée entière à regarder les autres travailler ! Nous voilà en rang et sabotant sur le chemin de l'école, encore tout excités du spectacle.
P.-J. Hélias, le Cheval d'orgueil, p. 231.
2 (1564). Vx. Jouer au sabot (II.), à la toupie.
———
II V. tr. (XIXe).
1 Techn. Vx. Fouler (le drap), l'étoffe repliée passant entre deux sabots de bois.
2 (1842). Garnir (un pieu, un pilotis) d'un sabot.
3 (1872). Entailler et percer (les traverses des rails de chemin de fer) à l'aide de saboteuses, afin de préparer le logement du patin du rail et de ménager les trous où seront vissés les tirefonds.
———
III V. tr. (1838; p.-ê. de l'ancien sens « secouer », v. 1300, et « maltraiter, tourmenter »).
1 (Déb. XVIIe). Faire vite et mal. Gâcher, gâter. || Saboter un travail, un devoir, son ouvrage. Bâcler, cochonner, torcher. || L'orchestre a saboté ce morceau, l'a très mal exécuté.
2 (Fin XIXe). Détériorer ou détruire par un acte de sabotage. Abîmer. || Saboter une machine, un avion. || La voie ferrée a été sabotée.(Milit.). || Saboter des installations portuaires, un aérodrome…
Fig. Chercher à contrarier ou à neutraliser (en y mettant de la malveillance, de la mauvaise volonté). || Saboter un plan, un projet, une politique.
1 (…) c'est l'Autriche qui, systématiquement, semblait saboter tous les efforts qu'on tentait pour sauvegarder la paix.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 94.
2 L'application du fameux statut a été confiée à ceux-là mêmes qui se donnent pour mission de le saboter.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 146.
3 En franç. d'Afrique. (Sujet et compl. n. de personne). Mépriser, dédaigner (qqn).(Usage scolaire). Chahuter.
——————
saboté, ée p. p. adj.
1 Techn. || Pieu saboté.
2 Cour. || Travail saboté.Machine sabotée.Politique sabotée.
DÉR. Sabotage, saboteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sabòtēr — m (sabòtērka ž) 〈G sabotéra〉 onaj koji sabotira …   Veliki rječnik hrvatskoga jezika

  • saboter — sabòtēr m <G sabotéra> DEFINICIJA onaj koji sabotira ETIMOLOGIJA vidi sabotaža …   Hrvatski jezični portal

  • saboter — Saboter, Turbinem flagellare …   Thresor de la langue françoyse

  • saboter — Saboter. v. n. Joüer au sabot, faire aller un sabot. Des enfans qui sabotoient dans une salle …   Dictionnaire de l'Académie française

  • saboter — (sa bo té) v. n. 1°   Familièrement. Faire du bruit avec ses sabots. 2°   V. a. Fouler les draps avec des sabots. 3°   Terme de construction. Saboter un pieu, placer un sabot à son extrémité. 4°   Populairement. Faire vite et mal. Saboter de l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sabotêr — ja m (ȇ) kdor sabotira: kaznovati, odkriti saboterje; ta človek je saboter in špekulant / tedaj je delal kot obveščevalec in saboter …   Slovar slovenskega knjižnega jezika

  • saboter — vt. , gâcher // détruire // mal faire // saper // faire sans soin saboter un ouvrage : SABOTÂ (Albanais 001, Annecy, Villards Thônes), savatâ (Saxel), R. Sabot ; sabrakâ (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SABOTER — v. n. Jouer au sabot, faire aller un sabot. Des enfants qui sabotent dans une cour …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SABOTER — v. tr. Mal faire exprès l’ouvrage dont on est chargé ou Arrêter, troubler le fonctionnement d’un mécanisme, soit en détériorant une pièce, soit par une fausse manoeuvre intentionnelle. Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tarvañ — saboter …   Dictionnaire Breton-Français